Il est très probables que, durant votre visite sur ce blog, vous tombiez sur des propos à teneur xénophobe, raciste, sexiste, homophobe, nudiste ou que sait-on encore !!!
Sachez bien qu'en aucune façon, les auteurs ne pensent réellement tout ce qu'ils écrivent. Ces éléments ne sont que Satire et Provocation.
Merci de ne pas aller faire tout un esclandre de cela.

C'est ou ?

Chargement...

Naphtaholic par Nature ...

mardi 18 février 2014

L’innommée (Pièce 1)

      L’innommée était à bas, sur le bord d’une rocade. Elle avait le regard vif, sûr d’elle. Un sourire de hargne aux lèvres. C’était le moment quelconque parfait pour entreprendre ce qu’elle voulait faire. L’instant i de l’ensemble infini des non-évènements. Elle s’apprêtait à y aller, les bras en extension pour se soulever de terre. Un camion fut plus rapide et l’entraina dans son sillage, la voiture qui suivait ne put rien faire pour l’éviter.

TekVila présente L’innommée

      A la brigade routière, on rigolait bien devant les épisodes d’Alerte Cobra. Il faut dire qu’ils sont cons ces allemands. Un type vole un sac à main et les voila partis à détruire des dizaines de voitures sur l’autobahn. Des génies, depuis Derrick on avait pas fait mieux. Les missions réelles des agents étaient bien moins bandantes et moins glamours. Il s’agissait souvent de rassembler des bouts de corps dispersés dans les ravins alentours des accidents. Et aujourd’hui encore c’était le cas, une jeune fille avait joué du bumper en plein trafic. Les viscères de l’innommée bloquaient la circulation à la manière d’un ruban plastique de chantier. Un convoi d’importance était en approche, il fallait au plus vite faire le ménage.

      Le légiste avait toujours le mot pour détendre : “Bah, au moins, elle est fraiche et en bonne santé. Ça pue pas et vous avez pas eu à me ramener une tonne de graisse comme avec l’obèse de mardi dernier.” Mais il ne s’attendait pas à ce qui allait suivre. Il ne pouvait se douter qu’une fois rapiécée, le souffle de l’innommée allait repartir. Alors ça, clairement pas ...

vendredi 14 février 2014

Saccage en Règle (SDF #2)

      Putrasse, la misère. Cette fois c'en était trop. Non seulement je ballotais comme une burne au bout de son spermiducte, mais en plus maintenant un connard me serrait le kiki avec vigueur !!! J'avais pas eu une enfance facile, mais depuis mon arrivée en Europe, j'avais espéré qu'on me traite un minimum correctement. Pas me faire agresser par le premier inconnu venu.

      Je suis né en Chine, non loin de Pékin, dans la campagne industrialisée alentour. Oui, je vous vois venir à me traiter de bridé, je préfère dire que je suis plissé. Bref, je vous passe les détails des conditions de ma venu au monde, ce fut à base de sueur, d'huile de coude et pas au top niveau sanitaire. Il y a des caricatures qui, au final, n'en sont pas. Mes premiers jours furent comme une promenade interminable d'arrière-salles d'usine en cagibis de fermes. Dans les conditions économiques que l'on connait, je fus vendu très jeune, à un trafiquant. Je n'en veux pas à ceux qui ont fait ça, je vis avec, et me trouve très bien en Europe. Mon acheminement passa comme un colis à la poste, circuit habituel par les terres avec pots de vin aux différents barrages douaniers. Le 24 décembre j'étais sur un marché en Italie, le 30 dans un coffre et 6 Janvier en France, pour ma nouvelle vie en plein air.

      Veselina : "Mais lâche mon sac, connard !"
      Ma proprio avait lancé cette gueulante sans même bouger un orteil. Elle était droite et fière comme une serbe. Ce qui, soit dit en passant, était le cas. Et alors que le connard en question essayait de me tirer de toutes ses forces, entrainé par son propre poids et comme un pivot autour de Veselina, il se brisa le cou sur le bitume.

samedi 21 septembre 2013